Mémoire de livres

15 octobre 2018

NE REVEILLEZ PAS LE DIABLE QUI DORT - John VERDON

couv8429492

Titre : NE REVEILLEZ PAS LE DIABLE QUI DORT

Auteur : John VERDON

Traduction : P BONNET et S. BOULONGNE

Edition : France loisirs

Date de sortie : 2013

Nombre de pages : 657 pages

Ce livre est le troisième opus de la saga Dave Gurney. Je n'avais pas lu les deux premiers, je ne connaissais même pas cet auteur, mais ma lecture n'en a pas été affectée pour autant. L'inspecteur Dave Gurney est à la retraite et plus ou moins cloitré chez lui depuis qu'il a été gravement blessé par balles lors de sa dernière enquête. Il est contacté par une de ses amies journaliste qui aimerait qu'il supervise le travail de fin d'études de Kim, sa fille, qui se destine elle aussi au journalisme. Elle a entrepris de faire un reportage sur les familles des six victimes d'un tueur en série ayant sévi il y a une dizaine d'années : le Bon Berger. Celui-ci n'a jamais été identifié, l'affaire classée et les familles peinent à faire leur deuil. Le documentaire a déjà trouvé une chaine de télévision disposée à le diffuser. Un peu réticent au début à sortir de sa retraite, Dave finit par accepter pensant que c'est l'affaire de quelques jours. Bien sûr cela va se compliquer......et Dave ne va pas pouvoir s'empêcher de remettre en cause les conclusions dressées par le FBI il y a dix ans et d'enquêter de son côté sur cette vieille affaire. Mais à vouloir remuer le passé, Kim et lui ne vont ils pas réveiller le diable qui dort ?

Les personnages de ce roman sont bien campés, bien décrits, surtout celui de Dave qui peine à se remettre de ses blessures et à surmonter le traumatisme engendré par la fusillade dans laquelle il a été pris il y a quelques mois ; il ne veut plus voir personne, mais il s'ennuie et c'est ce qui va le décider finalement à se lancer dans cette nouvelle affaire. J'ai trouvé le personnage de Kim un peu agaçant, un peu "nunuche" même, en tous cas très naïve de se lancer ainsi dans cette enquête bien trop dangereuse pour elle. Il y a aussi le fils de Gurney qui apparait au bon moment alors qu'il n'avait pas vu son père depuis très longtemps. Les enfants des victimes ne sont qu'esquissés, c'est un peu dommage cela aurait peut être renforcé le suspense.

En conclusion Ne réveillez pas le diable qui dort est un bon thriller, bien écrit, malgré pas mal de longueurs au milieu du récit, mais loin d'être un coup de coeur.

Ma Note plaisir : 7/10

 

Posté par Brigttt à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 octobre 2018

BILAN DE SEPTEMBRE 2018

 

couv16123371  couv30541008  couv29029993

couv26055278  41yInp5UVJL  Trois-jours-et-une-vie

couv37996770

Un bon mois, avec de belles découvertes :

J'ai beaucoup aimé : La Cheffe, roman d'une cuisinière de M. NDIAYE

                            Lumière dans une maison obscure de J.C WAGNER

J'ai aimé                : Janet de M. FITOUSSI

                             Une femme aimée : d'Andreï MAKINE

J'ai moins aimé :      Reflex de M. MAYERAS

                            Les Rêveurs d'I.CARRE

                            Trois jours et une vie de P. LEMAITRE

                                    

Posté par Brigttt à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 septembre 2018

TROIS JOURS ET UNE VIE - Pierre LEMAITRE

couv72521199

Titre : TROIS JOURS ET UNE VIE

Auteur : Pierre LEMAITRE

Edition : Albin Michel

Date de sortie : 2016

Nombre de pages : 282 pages

1999, Antoine, 12 ans, un jeune garçon sensible et solitaire frappe Rémi, son petit voisin de six ans sur un coup de colère. L'enfant meurt sur le coup. Antoine panique, impossible pour lui d'aller à la police, voire même d'avouer son meurtre à qui que ce soit. Il va donc cacher le corps non loin du lieu du drame, dans un trou dissimulé sous un arbre déraciné ; et puis il va s'enfuir à toutes jambes et se réfugier chez lui. Lorsque la disparition du petit est constatée, c'est tout le village de Beaulieu qui se mobilise. On entreprend une battue, bientôt interrompue par une énorme tempête, des suspects sont arrêtés puis relâchés. Antoine, lui, est tétanisé. Il ressasse constamment sa faute, essaie de deviner ce qui va se passer ensuite, hésite à s'enfuir.

2011 Antoine est maintenant adulte, il a quitté Beauval pour faire ses études, d'abord au lycée, puis à l'université où il étudie la médecine. A Beauval, les choses se sont tassées, Le jeune homme retourne de temps en temps passer quelques jours chez sa mère et c'est lors d'un de ces séjours que dans un moment d'abandon il va commettre l'erreur de trop, celle qui va empoisonner sa vie pour toujours.

Après "Au revoir là-haut" Pierre Lemaitre revient au genre dans lequel il excelle, le roman noir. Là il met en scène un personnage torturé qu'il rend d'autant plus attachant qu'il s'agit d'un enfant. Antoine passe par toutes sortes de phases : angoisse, peur, remord, culpabilité, espoir quelquefois, et cette affaire va le hanter toute sa vie. Adulte, il continuera à redouter le jour où les restes du petit Rémi seront retrouvés et ce qui s'ensuivra.

Ce n'est pas -et de loin- le meilleur ouvrage de Pierre Lemaitre. Ici, à partir d'un fait divers glauque il nous entraîne dans un récit qui repose sur l'introspection et la réflexion tout en maîtrisant le suspense du début à la fin qui se révèle assez surprenante. Malgré ses qualités, j'ai trouvé que ce roman manquait un peu de dynamisme pour que je l'apprécie vraiment.

Ma Note plaisir : 6.5/10

 

Posté par Brigttt à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2018

LUMIERE DANS UNE MAISON OBSCURE - J.C WAGNER

41yInp5UVJL

Titre : LUMIERE DANS UNE MAISON OBSCURE

Auteur : Jan Costin WAGNER

Edition : BABEL NOIR

Date de parution : 2016

Nombre de pages : 416 Pages

 

Une femme d'une quarantaine d'années est retrouvée agonisante dans un fossé ; rien ne permet de l'identifier, mais elle porte les marques de nombreux coups dont certains sont anciens. Elle meurt à l'hôpital quelques semaines après sans avoir repris connaissance. C'est Kimmo Joentaa, un jeune inspecteur de la police de Turku, une petite ville des environs d'Helsinki, qui est chargé de l'enquête. Il va faire tout son possible pour découvrir l'identité de cette femme dont personne n'a déclaré la disparition, bien qu'il ait du mal à faire face à ses propres émotions : il peine à faire le deuil de son épouse décédée quelques années auparavant et n'arrive pas à se reconstruire avec sa nouvelle compagne qui régulièrement joue les filles de l'air. Parallèlement une autre équipe de policiers enquête sur des meurtres perpétrés froidement par un mystérieux individu. Les deux affaires n'ont apparemment rien à voir l'une avec l'autre. Et pourtant !......

J'ai beaucoup aimé ce policier, tant à cause de l'intrigue que par sa construction qui accroît le suspense. Le déroulement de l'enquête alterne avec un journal intime écrit entre 1985 et 2010 et dont l'auteur n'apparait pas dans le récit. Tout au long de celui-ci les questions s'accumulent : Qui est cette femme qui n'a pu être identifiée avant sa mort ? Quel rapport a t-elle avec les victimes des meurtres ? Qui est l'auteur de ces meurtres ?  Et quelle est sa raison de tuer ? On ne le saura qu'à la fin du livre. Le style de l'auteur est agréable, les personnages suffisamment étoffés et je n'ai pu m'empêcher de ressentir beaucoup d'empathie envers le jeune inspecteur et l'auteur du journal.

Jusqu'à présent je ne connaissais pas du tout cet auteur, et pourtant Lumière dans une maison obscure est son quatrième roman. Il en a écrit un cinquième depuis. Je projette de lire les quatre autres car j'ai très envie de retrouver Kimmo Joentaa dans ses autres enquêtes.

Ma note plaisir 9/10

Jan Costin Wagner est un auteur allemand né le 13 Octobre 1972. Il réside six mois par an en Finlande d'où sa femme est originaire.

  1. Lune de glace, 2006
  2. Le Silence, 2009
  3. L’Hiver des lions, 2010
  4. Lumière dans une maison obscure 2012
  5. Le premier mai tomba la dernière neige, 2015

Posté par Brigttt à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 septembre 2018

LA CHEFFE, ROMAN D'UNE CUISINIERE - Marie NDIAYE

images

Titre : LA CHEFFE, ROMAN D'UNE CUISINIERE

Auteur : Marie NDIAYE

Edition : FOLIO

Date de parution : 2018

Nombre de pages : 305 pages

Le narrateur, un ancien commis de cuisine dont on ne connaîtra jamais le nom, éperdu d'amour et d'admiration pour sa patronne, raconte la vie et l'ascension de celle-ci. Née dans une famille pauvre, elle est placée comme bonne dans une famille bourgeoise, son rôle sera d'aider la cuisinière. Elle est plutôt mal reçue dans cette famille, ou plutôt avec indifférence : on ne la regarde pas, on ne lui adresse la parole que pour lui donner des ordres. Alors, elle observe, elle goûte les plats confectionnés par la cuisinière puisque les repas sont les mêmes à la cuisine qu'à la salle à manger. Et le soir, dans sa tête, elle refait les recettes : trop de crème dans ce plat, pas assez de couleurs dans celui-ci, celui-là est trop gras, trop lourd, il faudrait remplacer certains ingrédients. Lorsque la cuisinière s'absente pour passer quelques temps dans sa famille, elle prend sa place et va pouvoir enfin montrer de quoi elle est capable. Ses employeurs sont séduits par les plats qu'elle leur propose et ne peuvent bientôt plus se passer d'elle. Elle partira quand même pour voler de ses propres ailes et ouvrira son restaurant à Bordeaux. Celui-ci aura beaucoup de succès, obtiendra une étoile au "guide", et puis tout s'effondrera.

Marie NDiaye brosse ici le magnifique portrait d'une femme qui a tout sacrifié pour assouvir sa passion : la cuisine. Et ce n'est pas pour un plaisir personnel, c'est pour les autres qu'elle confectionne ses plats, visant à toujours plus de simplicité. Elle veut que tous puissent en profiter, refusant de faire des réservations : les premiers arrivés seront les premiers servis, elle calcule ses prix au plus juste. Sa passion est telle qu'elle l'isole du monde extérieur, des autres avec qui elle ne communique plus qu'à travers son art. Elle va ainsi se tromper dans l'éducation de sa fille qui en grandissant va devenir sa pire ennemie et précipiter sa chute.

J'avais déjà lu "Trois Femmes puissantes" de Marie Ndiaye que je n'avais pas du tout aimé ; je crois bien que j'avais expédié le dernier tiers du roman en diagonale. J'avais été rebutée par le style de l'auteur, lourd, redondant, surchargé. Ici le style est le même : des phrases à n'en plus finir avec des qui, des que à répétition, pas de chapitres, seulement un long monologue. J'avoue que, échaudée par ma première rencontre avec l'auteure, je n'aurai jamais acheté "La Cheffe, roman d'une cuisinière" de moi-même, mais je l'ai reçu dans le cadre d'un swap.......Armée de courage, je me suis plongée dedans et bien m'en a pris puisqu'au bout de quelques pages l'impression désagréable causée par ces longues phrases et ces nombreux adjectifs a disparu. La plume de Marie Ndiaye servant au contraire à enrichir le récit et j'ai été emportée par l'histoire de cette femme entière, inspirée, se donnant corps et âme à son art.

Merci à toi Alexandra pour cette belle découverte......

Ma note plaisir : 9/10

Posté par Brigttt à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 septembre 2018

JANET - Michelle FITOUSSI

couv16123371

Titre : JANET

Auteur : Michelle FITOUSSI

Edition : JC LATTES

Date de parution : 5 Septembre 2018

Nombre de pages : 384 pages

 

Résumé de l'éditeur :  L’histoire de Janet Flanner est indissociable de celle du New Yorker, dont elle fut la correspondante à Paris pendant un demi-siècle.
Féministe, pacifiste, gay, séductrice, brillante styliste à l'humour mordant, cette Américaine fut une figure du Paris intellectuel et artistique d’après-guerre. Dès les années trente, elle perçut la menace totalitaire. Chroniqueuse de la vie parisienne, elle s’improvisa alors journaliste politique et enquêtrice, et parcourut l’Europe pour témoigner de son temps – Hitler, Pétain, Nuremberg, le maccarthysme, Matisse, Braque, Malraux, De Gaulle comptent parmi ses reportages et portraits les plus marquants.
Pour la première fois, Michèle Fitoussi fait revivre celle qui, bien avant Truman Capote, Tom Wolfe ou Gay Talese, inventa le journalisme littéraire, mais qui n’accéda à la célébrité qu’à la fin de sa vie, lorsque le National Book Award la couronna.
Cette biographie qui se lit comme un roman, et où l’on croise Ernest Hemingway, Nancy Cunard, Sylvia Beach, Natalie Barney ou encore Gertrud Stein, nous transporte d’Indianapolis à Orgeval, du Paris de la lost generation à l’Amérique du New Yorker, sur les traces d’une femme résolument libre, qui voulait être la voyageuse de son siècle.

Avant que les Editions JC Lattès me proposent la lecture de ce livre via Netgalley, je ne savais absolument pas qui était Janet Flanner. Elle a pourtant été une des toutes premières femmes du journalisme littéraire et une figure centrale parmi les artistes américains ayant vécu à Paris au début du XXème siècle. Née dans l'Indiana, élevée par une mère qui n'a pas pu réaliser ses rêves d'artiste et par un père faible de caractère, elle décida très jeune de s'échapper des contraintes qu'ils lui imposaient. Elle tomba amoureuse de l'Europe lors de son premier voyage alors qu'elle n'avait que 17 ans et un peu plus tard, après avoir été mariée pendant quelques années, décida d'aller vivre à Paris avec Solita, sa compagne. Elle voulait être romancière et pensait que Paris lui procurerait le cadre idéal à la fois pour écrire et pour vivre au grand jour son amour avec Solita, ce qu'elle n'aurait pas pu faire en Amérique. On suit tout à la fois la vie de Janet, ses aspirations d'écrivain, ses déceptions lorsqu'elle s'aperçoit que l'inspiration lui manque et qu'elle doit se cantonner au rôle de journaliste, la naissance du New Yorker dont elle sera vite la meilleure journaliste et la vie dans le Paris de l'entre deux guerres ou elle fréquentera Hemingway, Gertrude Stein, Djuna Barnes et bien d'autres.

Michelle FITOUSSI peint ici un portrait passionnant de Janet Flanner, tombée dans l'oubli après sa mort en 1978, une femme qui a su imposer son féminisme, gagner sa liberté loin de tous les diktats imposés par la société américaine et percer dans le journalisme, un milieu jusqu'alors réservé aux hommes. Elle a ainsi ouvert la route à d'autres femmes. Elle est restée toutefois frustrée de n'avoir pas pu devenir romancière comme elle l'avait promis à sa mère avec qui elle entretenait des relations affectueuses mais ambiguees. Ce n'était probablement pas sa vocation mais le simple désir de faire plaisir à celle-ci.    

Janet est un livre qui se lit comme un roman, riche, très documenté. Une belle découverte.

Merci aux Editions JC LATTES et à NETGALLEY.

#Janet#NetGalleyFrance

Posté par Brigttt à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2018

BILAN D'AOUT 2018

9782081416574  couv17291386  couv7179273

 

couv35882799  couv27002074

Ce mois d'Août a été un tout petit mois de lecture. Il faut dire que je n'ai pas beaucoup lu pendant mes vacances passées en famille....

J'ai beaucoup aimé : Balles perdues de J. CLEMENT

                           L'Age d'or de Diane MAZLOUM

                           Le Diable sur les épaules de C. CARAYON

J'ai aimé               : Mon Traitre de Sorj CHALANDON

Je n'ai pas aimé     : La femme du gardien de zoo de D. ACKERMAN

 

Posté par Brigttt à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2018

L'AGE D'OR - Diane MAZLOUM

couv35882799

Titre : L'AGE D'OR

Auteur : Diane MAZLOUM

Edition : JC LATTES

Date de parution : 22 AOUT 2018

 

La vie est encore douce à Beyrouth en 1967 et la jeunesse dorée de la ville compte bien en profiter. Georgina, une jeune fille de quatorze ans rêve de devenir chanteuse, ou mannequin, ou Miss quelquechose. Roland, son amoureux, découvre la vie, et Micky, le petit frère de ce dernier, passionné par tout ce qui concerne son pays, passe son temps à noircir un cahier avec tout ce qu'il apprend sur le Liban. Malheureusement cet âge d'or ne va pas durer. Dans les années qui vont suivre, la paix qui régnait va être menacée par les tensions existant dans les pays du Moyen Orient. L'installation des camps de réfugiés palestiniens au Liban va envenimer les rapports avec Israël et déboucher sur une guerre fratricide qui va déchirer ce pays jusque là pacifique, où les chrétiens et les musulmans vivaient côte à côte en bonne entente. Les régimes se succèdent, les bombardements, les attentats déciment la population. Durant toutes ces années Georgina va devenir la première Miss Liban puis Miss Univers mais va se perdre dans les frivolités et les paillettes, Roland va vite se rendre compte que son amour pour Georgina est impossible et Micky va perdre son innocence d'enfant. Entre temps un nouveau personnage est entré en scène : Ali Hassan, un jeune palestinien exilé au Liban, fils d'un activiste et proche d'Arafat. Malgré tout ce qui les oppose Georgina et Ali Hassan vont se rencontrer et s'aimer, mais leur histoire finira dramatiquement.

Diane Mazloum a consacré un chapitre à chacune de ces années tumultueuses, entre 1967 et 1979. Et chacun des personnages prend la parole dans chaque chapitre. A travers le destin de Georgina, Roland, Micky et Ali Hassan on suit celui du Liban. Les principaux événements qui l'ont marqué sont fidèlement évoqués dans ce roman et Diane Mazloum, de par son style à la fois clair et fluide réussit à nous immerger dans l'ambiance de Beyrouth.

Merci aux Editions JC LATTES et à Netgalley pour cette lecture.

#LâgeDor#NergalleyFrance#

Posté par Brigttt à 11:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2018

LE DIABLE SUR LES EPAULES - Christian CARAYON

couv7179273

Titre : Le Diable sur les épaules

Auteur : Christian CARAYON

Edition : POCKET

Date de parution : 2013

Nombre de pages : 544 pages

L'histoire se déroule en 1924 dans un petit village du Tarn : la Vitarelle. Camille, l'institutrice de l'école des filles y vit seule depuis la mort récente de son père ; Edouard, son fiancé, travaille dans un autre village à quelques dizaines de kilomètres et ne vient la rejoindre que le week end. Lorsque Louis Bascoul un vieil employé agricole est retrouvé mort au fond d'un ravin après trois jours de disparition on croit d'abord à un accident : le vieil homme était connu pour boire beaucoup trop, ou peut être à un suicide, mais sûrement pas à un crime : il n'y a pas eu de meurtre à La Vitarelle depuis plus d'un siècle...... C'est quand Michel Gresse le fils du plus gros propriétaire de la région et employeur de Louis est découvert au petit matin le ventre ouvert, adossé à sa charette que les esprits s'affolent. Le crime est affreux, il n'y a aucune trace de pas dans la neige, c'est sûrement le diable en personne, ou peut être le fantôme d'un ancien habitant du village, revenu se venger. Avec l'approbation de l'ancien maire, Camille se décide à faire appel à Martial son ami d'enfance qui a suivi des études de criminologie pour reprendre l'enquête négligée par la police locale.

Les premiers chapitres retracent l'histoire de Martial, sa rencontre avec Charles qui fut son professeur, et sa fille Camille, puis leur séparation, Martial devant partir à la guerre. Ensuite on fait la connaissance avec les habitants de La Vitarelle ce petit village perdu dans les montagnes, uniquement relié à la civilisation par une sorte de diligence. La description du village et de ses habitants où tout le monde se connait mais où beaucoup cachent de sombres secrets est très bien rendue. L'ambiance va devenir de plus en plus lourde au fur et à mesure du déroulement des événements et Martial, assisté d'Edouard, va devoir enquêter dans un climat de haine et de suspision.

La psychologie des personnages est bien développée, ils sont bien représentatifs de l'époque, interessants. Par sa description de l'ambiance qui règne dans le village l'auteur réussit à nous immerger complétement dans l'histoire. L'intrigue est bien ficelée ; on soupçonne tantôt l'un, tantôt l'autre, jusqu'à la fin assez surprenante.

Ma Note : 8.5/10

 

Posté par Brigttt à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 août 2018

BALLES PERDUES - Jennifer CLEMENT

9782081416574     Titre : Balles perdues 

    Auteur : Jennifer CLEMENT

   Editeur : Flammarion

   Nombre de pages : 297

   Parution : 22 Août 2018

 

   Dans un coin perdu de la Floride, sur le parking d'un camp de caravanes délabrées, bien loin du rêve américain, vivent Pearl, et sa mère Margot. Elles n'ont même pas de caravane, seulement une vieille Mercury, à l'avant de laquelle Pearl a organisé son univers, la banquette arrière étant le domaine de Margot. Toutes leurs possessions sont rangées dans le coffre. Toutes deux sont arrivées là alors que Margot était encore ado et Pearl un bébé. La situation devait être provisoire, mais quatorze ans après, mère et fille vivent encore là entre une décharge à ciel ouvert et un marigot infesté d'alligators. Malgré ces conditions de vie Pearl est heureuse aux côtés de sa mère avec laquelle elle est très fusionnelle et de sa meilleure amie April May, mais en grandissant elle prend peu à peu conscience de ceux qui l'entourent : escrocs de tous genres, immigrants illégaux, trafiquants d'armes.....Jusqu'à l'arrivée du ténébreux et mystérieux Eli qui va faire basculer sa vie et celle de sa mère, et surtout la faire sortir du paradis de l'enfance.

L'histoire de cette petite fille, née d'une mère encore ado, sans identité officielle puisqu'elle n'a jamais été déclarée à l'état civil m'a profondément émue. Elle ne connait du monde que le camp de caravanes dans lequel elle vit, son école et la décharge qui lui sert de terrain de jeux, mais c'est son monde à elle, celui de l'enfance heureuse. Margot aussi est attendrissante : issue d'une famille très aisée mais élevée sans amour elle fait ce qu'elle pense être le mieux pour son bébé : elle fuit pour qu'il n'ait pas la même vie qu'elle, quitte à la faire vivre dans la clandestinité et à s'abimer dans une existence plus que précaire.

Avec un style léger et poétique, Jennifer CLEMENT nous fait ressentir l'amour et la tendresse dans lesquels baignent mère et fille, tout en évoquant en arrière plan les conditions de vie des plus démunis aux USA, ceux que le rêve américain a laissé au bord du chemin et qui attirent inévitablement les mauvaises personnes et particulièrement les trafiquants d'armes.

C'est le premier livre que je lis de cette auteure et cela a été une belle découverte ! Je remercie Babelio et les éditions Flammarion pour l'envoi de ce roman.

Ma note : 9/10

 

Posté par Brigttt à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Archives
Newsletter