couv67805827    

          Titre : Sécessions

        Auteur : Olivier SEBBAN

        Edition : RIVAGES

       Parution : 4 Mai 2016

                      350 pages

Quatrième de couverture

 Savannah (Géorgie), un soir d'été 1840. Elijah fuit après avoir assassiné son frère David. Amos, son père, se jette alors à sa poursuite à travers la nature sauvage du Vieux Sud des Etats-Unis, comprenant qu'il n'est pas étranger à la rivalité tragique entre ses deux enfants. On apprendra bientôt que de la liaison adultère qu'Elijah a eue avec la femme de son frère, un fils, Isaac, est né. Il sera élevé par ses grands-parents dans le culte de celui qu'il pense être son père, avant de s'engager au début de la guerre de Sécession du côté des Confédérés. Mû par un désir de vengeance, il partira sur les traces de l'homme qu'il prend pour son oncle. Dans cette fresque romanesque couvrant trente ans d'une période décisive de l'histoire des Etats-Unis, qui nous mène des plaines du Vieux Sud au Chicago et au New York modernes, dont on assiste à la naissance, l'auteur retrace dans une prose vivante et imagée le destin singulier d'une famille juive américaine.

Les premières phrases

Il avait cessé de courir et suivait la route entre deux marécages. Sa chemise et son visage étaient souillés de boue et couverts du sang de son frère. Une lueur grise montait à l'est, du côté de Savannah et du côté de la mer. Les premiers oiseaux chantaient et le soleil étira son ombre et l'ombre des roseaux se coucha sur la route.

Mon avis

 SECESSIONS, quatrième roman d'Olivier Sebban est le premier qu'il situe aux Etats Unis. Sur fond d'affrontements entre le Sud et le Nord du pays, on assiste à la fuite sans fin ou presque, d'un fratricide en sécession avec sa famille. Le récit débute en 1840 au moment ou Elijah se cache dans les marécages après avoir assassiné David, et se termine en 1869. C'est donc une véritable fresque familiale puisque le récit s'étend sur trois générations, en même temps qu'une fresque historique qui commence bien avant la guerre de Sécession et prend fin après la défaite des états du Sud. Ici, les sécessions sont multiples : celle d'Elijah avec son frère et le reste de sa famille, et celle des Etats américains entre eux qui donnera naissance à un nouveau pays. Elijah va donc fuir le sud, sa famille et remonter vers le nord, jusqu'à Chicago, passant de ville en ville, exerçant différents métiers pour survivre. Son fils Isaac, né de la liaison adultère qu'il a eu avec la femme de David, après avoir combattu aux côtés des Confédérés, va se lancer à sa recherche.

Les chapitres alternent entre les différents protagonistes :  Amos le père et Elijah, puis Elijah et Isaac. Pas toujours de manière chronologique, ce qui ne rend pas la lecture facile. Il faut être bien attentif aux dates mentionnées en début de chapitres pour s'y retrouver. Il y a très peu de dialogues dans ce roman, l'écriture est très visuelle, parfois lourde et empesée mais cela ne nuit pas au récit qui reste très prenant du début à la fin. A travers ses personnages l'auteur nous transporte à travers les paysages et les villes  de ce pays en devenir ainsi qu'au coeur des batailles qui opposent nordistes et sudistes. Les passages consacrés à  Isaac alors qu'il se bat aux côtés des confédérés sont parfois très durs et très violents. Ils m'ont fait très fortement penser à certains écrits d'Ambrose Bierce dans lesquels il décrit les champs de bataille et la mort des soldats.

Malgré le style de l'auteur un peu trop empesé à mon goût et le manque de dialogues qui rend le récit un peu froid, j'ai beaucoup aimé ce roman autant pour son aspect historique que pour l'intrigue. L'écriture est très visuelle, les paysages et les villes sont merveilleusement décrits et la tension est présente jusqu'à la fin.

stars-10stars-6