couv16216062  

   Titre : LES SIRENES DE BAGDAD

   Auteur : Yasmina KHADRA

   Editeur : JULLIARD

  Parution : 2006

                 317 pages

 Quatrième de couverture

La descente aux enfers d'un jeune homme broyé par le terrorisme. Fuyant son village, dérivant jusqu'à Bagdad, il se retrouve dans une ville déchirée par une guerre civile féroce. Sans ressources, sans repères, miné par l'humiliation, il devient une proie rêvée pour les islamistes radicaux.

Les premières phrases

Beyrouth retrouve sa nuit et s'en voile la face. Si les émeutes de la veille ne l'ont pas éveillée à elle-même, c'est ma preuve qu'elle dort en marchant. Dans la tradition ancestrale, on ne dérange pas un somnambule, pas même quand il court à sa perte.

Résumé

Irak début des années 2000. Le narrateur de cette histoire, un jeune étudiant est contraint d'abandonner les études qu'il poursuit à Bagdad. Suite à l'invasion américaine, l'Université à fermé ses portes. Il retourne dans son village natal, Kafr Karam, où il reprend sa vie d'avant, entre ses parents vieillissants et ses soeurs. Dans ce bled perdu au fin fond du désert irakien, les villageois végètent, à l'écart du monde et de ses bouleversements. Leur vie n'est rythmée que par les appels du muezzin à la prière et les discussions au café au sujet du conflit armé dont les nouvelles leur parviennent au compte goutte. Les américains sont censés apporter la paix dans ce pays, tous ou presque en sont convaincus. Jusqu'au jour où ceux-ci bombardent une maison dont les occupants fêtent un mariage, où les soldats arrêtent les véhicules, tuant leurs occupants, puis quand une escouade débarque de nuit, à la recherche de d'armes cachées, molestant les habitants, humiliant le père de notre jeune héros. Cette fois-ci c'est est trop, l'honneur de la famille est bafouée et pour un Bédouin il n'y a qu'une solution à cela : la vengeance, même au prix de sa propre mort. Voici comment un jeune homme ordinaire, ne demandant qu'à faire des études puis mener la même vie que tout le monde : avoir un métier, fonder une famille va rejoindre les rangs des terroristes promis au martyre.

Mon avis

Après Les Hirondelles de Kaboul et l'Attentat, Yasmina Khadra poursuit son exploration des conflits armés opposant orient et occident. Ici il met en avant  les atrocités de la guerre qui ont suivi l'arrivée des troupes américaines en Irak, l'incompréhension,  le décalage culturel et religieux entre ces deux peuples. Le choc des civilisations, la violence, la misère vont peu à peu pousser ce jeune Bédouin au désespoir et le lancer dans une fuite en avant jusqu'à ce qu'il pense être un acte libérateur. Il se décrit lui-même comme un homme hypersensible à la souffrance des autres mais reste très attaché à sa religion et à ses traditions. Dont la vengeance par le sang fait partie intégrale. Il n'en faut pas plus à certains individus pour attirer ces jeunes dans leurs filets, attiser leur haine et les transformer en kamikazes et en poseurs de bombes.

Yasmina Khadra est un de mes auteurs favoris ; comme à son habitude, avec une écriture riche et imagée, il nous livre ici un témoignage émouvant et profond sur un conflit entre orient et occident qui malheureusement n'en finit pas de s'étendre .

 

stars-10stars-8

 

 "La capture de Sadam enchanta l'assistance, dans un premier temps, avant de la frustrer : le raïs piégé comme un rat, méconnaissable avec sa barbe de clodo et son regard hébété, exposé triomphalement et sans vergogne aux caméras  de la planète était aux yeux de Yacine, le plus grave affront fait aux Irakiens. C'est un monstre, lui rappelait-on. Ouais, mais un monstre de chez nous, rétorquait Yacine ; en l'humiliant de cette façon, on jetait l'opprobre sur les Arabes du monde entier "

"Tous me rappelaient mon père car ils portaient sur la figure une marque qui ne trompe pas : le sceau des vaincus"