couv40841971

   Titre : PETITE SOEUR LA MORT (Little Sister Death)

   Auteur : William GAY

   Traduction (Etats-Unis) : J.P GRATIAS

   Edition : SEUIL (Cadres Noirs) mars 2017

   Parution : 1988

                  272 pages

  Quatrième de couverture

En 1982, David Binder, jeune auteur que son éditeur a convaincu d’écrire un roman de genre, s’installe avec sa femme – enceinte et réticente – et leur petite fille dans l’ancienne maison d’une famille de planteurs, à Beale Station, Tennessee. La demeure n’a pas bonne réputation : un fantôme cruel et facétieux en a tourmenté les occupants au début du XIXe siècle, persécutant plus particulièrement la jeune Virginia. Sur la propriété, la pierre tombale de Jacob Beale est éloquente : « 1785-1844. Torturé par un esprit. » Il semblerait que le fantôme ait été une dame, et qu’elle rôde encore dans les murs. Or David s’est laissé envoûter par le lieu… La vie quotidienne, et conjugale, des Binder va s’en ressentir, jusqu’au drame.

Les premières phrases

Tiré par l'attelage, le chariot grinçant de toutes parts contourna en cahotant le pied de la colline, et remonta le lit du ruisseau à sec, mais le passager corpulent en costume sombre et coiffé d'un chapeau noir à larges bords ne pouvait pas le savoir. Il était assis, tassé sur lui-même dans un coin du plateau, les yeux bandés, ses bras agrippant les ridelles dans un futile effort pour absorber le tressautement des roues sur la roche.

Mon avis

David Binder est écrivain ; du moins il essaie. Après un premier roman qui s'est bien vendu, et un second plutôt mauvais, son agent lui propose d'écrire un troisième livre, quelque chose de facile, de commercial, vite rédigé dont la vente lui permettra de vivre, lui laissant le temps de se consacrer à un ouvrage plus abouti. Il cherche l'inspiration dans des livres relatant des histoires étranges et angoissantes et porte son dévolu sur celle de la famille Beale : une histoire de sorcière et de maison hantée, un fait divers s'étant déroulé un siècle auparavant dans le Tenessee. Pour mieux s'imprégner de l'ambiance, il va louer la maison située sur la propriété des Beale, entraînant avec lui sa femme Corrie et sa petite fille. En parlant avec les gens du village il va apprendre que la maison a été aussi le cadre d'un drame plus récent : un métayer qui a massacré toute sa famille.

Soucieux de réussir son roman, David Binder va se plonger dans l'atmosphère des lieux. Bientôt des bruits inquiétant vont se faire entendre, des spectres se manifester. Pire encore, il ne s'agit pas uniquement de la maison, le domaine entier parait être le terrain de jeu d'apparitions plus ou moins menaçantes, animales ou humaines. Binder va se laisser envoûter, transformer par la personnalité de la maison et n'échappera pas au sort qu'elle réserve à ses occupants : elle va petit à petit prendre le contrôle de son esprit. 

Une seule maison, mais trois histoires se déroulant à trois époques différentes : 1785 et les années suivantes, 1933 et 1982 l'année ou Binder s'y installa. Trois histoires où l'on retrouve le même environnement hostile, les mêmes bruits et les mêmes apparitions. Que s'est-il passé exactement dans cette maison ? L'auteur voudrait-il nous faire croire qu'il s'agit-il réellement de fantômes de spectres errants en quête de libération? ou bien tout simplement David Binder, fasciné par cette maison prétendument hantée, avide de sensations qui pourraient faire naître son inspiration serait-il comme ses prédécesseurs, victime d'hallucinations ? A chacun de s'en faire une idée.

L'histoire m'a intéressée mais m'a un peu laissée sur ma faim. Tout est là pour faire une bon roman d'horreur, mais je n'ai été prise par l'ambiance que pendant de courts instants. Le style est assez froid, très descriptif, et la construction du récit passant d'une époque à l'autre, le présent s'intercalant avec les épisodes passés, m'ont justement empêchée de m'immerger complètement dans l'atmosphère de cette maison.

  Et si Petite Soeur la Mort était tout simplement un roman sur un écrivain qui écrit un roman ?.....Cela ne lui enlèverai aucune de ses qualités narratives : l'auteur nous livre ici une histoire sombre, aux accents gothiques, une évocation du monde rural du sud des Etats Unis en proie à des croyances et de superstitions ancestrales.

Un très grand merci à Babelio et aux Editions SEUIL pour m'avoir permis de lire ce livre.

stars-10stars-6

L'auteur :

Né en octobre 1941 à Hohenwald, Tennessee, William Gay est mort le 23 février 2012 à Hohenwald, Tennessee.
Dans l’intervalle, il a passé quatre ans dans la marine américaine, pendant la guerre du Vietnam, vécu quelque temps à New York, puis il est rentré au pays et a monté des cloisons de placo afin de nourrir sa famille.
À la fin des années 1990, il a vendu ses premières nouvelles à des revues littéraires et a aussitôt été adoubé par ses pairs : Cormac McCarthy, Ron Rash, Barry Hannah, Tom Franklin et Donald Ray Pollock.