couv45881628

    Titre :      LA MORT ENTRE AUTRE (The one from the other 2006)

    Auteur :   Philip KERR

    Edition :   LE LIVRE DE POCHE 2011

    Parution : LE MASQUE 2009

                   565 pages

    Quatrième de couverture

   On se souvient de Bernie Gunther, l’ex-commissaire de police devenu détective privé, qui, à la fin de La Trilogie berlinoise, assistait à la chute du IIIe Reich, conscient de la corruption qui, à Berlin comme à Vienne, minait le régime. 1949. Bernie vit une passe difficile. Sa femme se meurt, et il craint que le matricule SS dont il garde la trace sous le bras ne lui joue de sales tours. Une cliente affriolante lui demande de retrouver la trace de son époux nazi, et le voici embarqué dans une aventure qui le dépasse. Tel Philip Marlowe, son alter ego californien, et en dépit de son cynisme, Gunther est une proie facile pour les femmes fatales… Atmosphère suffocante, manipulations, et toujours l’Histoire qui sous-tend habilement la fiction : du Philip Kerr en très grande forme.

Les premières phrases

Je me souviens du temps qu'il faisait en ce mois de septembre. Le beau temps de Hitler, disait-on alors. Comme si les éléments eux-mêmes étaient disposés à se montrer cléments envers Adolf Hitler - comble d'ironie. Je me souviens encore de ses vociférations, quand il réclamait des colonies pour l'Allemagne.

Mon avis

 J'avais découvert le personnage de Bernie Gunther dans La Trilogie Berlinoise, et ses aventures dans l'Allemagne d'avant, pendant et après la deuxième guerre mondiale. La Mort entre autre se déroule en 1949 à Munich alors que la chasse aux criminels de guerre bat son plein. Certains ont déjà été jugés ou attendent leur jugement en prison, d'autres ont réussi à quitter le pays et se sont réfugiés à l'étranger, aidés par des organisations clandestines. Beaucoup dont on ne sait pas forcément quel a été le rôle ont disparu. Bernie, son certificat de dénazification en poche, et après une tentative plutôt malheureuse de faire prospérer l'hôtel de son beau-père à côté de Dachau, va se décider à reprendre son ancien métier de détective. Et bien sûr il va mettre son nez là où il ne faut pas.....

Philip Kerr nous entraîne à la suite de Bernie Gunther dans cette période un peu glauque de l'Allemagne d'après guerre. Il nous fait découvrir l'existence de ces organisations secrètes, les unes tenues par des sympathisants qui s'occupent de cacher puis d'exfiltrer des criminels nazis pour leur permettre de rejoindre l'Argentine, souvent avec l'aide de la CIA ou de l'Eglise ; les autres par des groupuscules juifs qui veulent venger leurs coreligionaires. Dans ce pays qui cherche à se reconstruire mais qui n'en finit pas de solder son passé, beaucoup essaient de tirer leur épingle du jeu, magouillent, dénoncent, trahissent ou se font passer pour ce qu'ils ne sont pas. On ne sait plus - et Bernie non plus - à qui se fier.

La Mort entre autre est tout aussi passionnant que La Trilogie Berlinoise. On y croise des personnages rééls comme Adolf Eichman ou Friedrich Warzok, l'ambiance de l'époque est particulièrement bien rendue, les rebondissements s'enchainent, la résolution d'une intrigue menant automatiquement vers le commencement d'une suivante - et à de nouveaux problèmes pour Bernie. L'auteur fait évoluer son personnage dans une reconstitution historique très aboutie, pour notre grand plaisir. Ce qui nous donne furieusement envie de connaître la suite. Ce sera dans son prochain ouvrage :  Une douce Flamme.

stars-10stars-7