couv43420064     Titre :     LA VILLE DES SERPENTS D'EAU

     Auteur : Brigitte AUBERT

     Edition : FRANCE LOISIRS

    Parution : 2012

                   358 pages

    De quoi ça parle ?

    Ennatown, la ville des serpents d'eau : sans histoire, avec son club interconfessionnel, sa bonne conscience, son lot de mâles chasseurs si conventionnels, et leurs épouses qui s'ennuient à mourir, genre Desperate Housewives. Une sérieuse ombre au tableau, toutefois : l'un des leurs, forcément un des leurs, a enlevé cinq gamines il y a plus de dix ans. Quatre ont été retrouvées au fond d'un lac ou d'une rivière. D'où le surnom du mystérieux criminel : le Noyeur. La dernière n'a jamais refait surface...
Et voici justement que surgit de nulle part, sous la neige à la veille de Noël, une petite créature crasseuse en survêtement rose maculé, muette et terrifiée, qui aussitôt s'enfuit avec le citoyen le moins fréquentable d'Ennatown: Black Dog, géant noir un peu demeuré et SDF.
Qui est-elle? Trop jeune pour être la disparue... alors?
Le fantasme collectif repart de plus belle : c'est Black Dog, le Noyeur, évidemment... Et la chasse à l'homme de démarrer.
Seul Limonta, ex-flic alcoolo à la conscience chargée, s'étonne que personne n'ait signalé la disparition d'une enfant de cinq ans...

Les premières phrases

Je suis morte il y a treize ans. J'avais six ans. On m'a retrouvée noyée dans le lac, sous la glace, pas très loin de la maison. Les poches de ma robe étaient bourrées de pierres.

Ce que j'en ai pensé

Ce jour là, le 23 Décembre à Ennatown, un article paru dans la presse locale rappelle à tous que treize ans auparavant une petite fille, Susan Lawson, disparaissait. C'était la cinquième en quelques mois. Cinq jolies petites filles blondes âgées de 5 à 7 ans. Comme trois autres, Susan a été retrouvée dans un lac, tellement massacrée qu'on n'a pu l'identifier que grâce à ses vêtements. La cinquième n'a jamais été retrouvée. On n'a jamais non plus identifié le meurtrier surnommé "Le Noyeur" par les habitants d'Ennatown. Alors que la petite ville s'apprête à fêter Noël, une vieille dame remarque un géant noir portant une fillette blanche dans ses bras. A peine le temps de réagir qu'ils ont disparu. L'homme, c'est Black Dog, un SDF bien connu de tous, un homme un peu simplet et inoffensif. Mais qui est la petite fille ? La rumeur se répand, puis un crime est commis dans le parc qui borde la ville : La chasse à l'homme va commencer. Vince Limonta, revenu dans sa ville natale après s'être fait renvoyer de la police de New York, persuadé que l'enfant inconnue a un rapport quelconque avec les précédents enlèvements, va se joindre aux poursuivants, et avec l'aide de son ami Snake.T., se pencher sur ce "cold case" vieux de plus de dix ans.

Un suspens bien maîtrisé. J'ai beaucoup aimé l'intrigue, bien que certaines ficelles soient un peu grosses et qu'il y ait quelques invraisemblances (une entorse vite guérie par exemple). En général, ce sont des choses que je remarque, mais qui ne me choquent pas quand je suis emportée par l'action - et cela a été le cas ici-. On suit les recherches déployées pour retrouver l'enfant, on assiste aux interrogations que se posent Limonta et Snake.T, mais l'auteure a choisi de donner un petit avantage au lecteur en lui révélant dès le début l'identité de la petite fille. Brigitte Aubert multiplie les indices, les fausses pistes et il est impossible de savoir qui est exactement "Le Noyeur" jusqu'à la fin.

Une galerie de personnages intéressants. L'auteure a su rendre toute l'ambiance d'une petite ville américaine à la population majoritairement blanche à travers la description de ses habitants. Les personnages principaux, Vince Limonta et Snake.T sont bien aboutis et attachants. Et on ne peut s'empêcher d'être profondément touché par ces deux êtres atypiques que sont la petite Amy et Black Dog.

Le roman est bien construit. Le style de l'auteure est vif et enlevé, souvent teinté d'humour et le fait qu'elle nous introduise dans les pensées et les monologues d'Amy, de Black Dog, et du "Noyeur", chacun avec son vocabulaire, m'a beaucoup plu.

La Ville des Serpents d'eau est un One Shot. Dommage ! J'aurai bien aimé retrouver Limonta dans de nouvelles enquêtes.....

stars-10stars-5